Intellectuels et politiques appellent au bon déroulement des élections

Intellectuels et politiques appellent au bon déroulement des élections

Les signataires de cette pétition appellent à « libérer la concurrence électorale de tous les maux populistes et des alliances qui n’obéissent pas à des programmes sociétaux clairs ».

Plus d’une soixantaine d’hommes politiques, intellectuels et activistes de la société civile ont signé une pétition appelant au bon déroulement des élections législatives, qui auront lieu le 7 octobre. Dans cette pétition intitulée « Pour une rationalisation du processus démocratique et institutionnel au Maroc », les signataires expriment leur mécontentement quant aux « alliances entre les partis qui n’obéissent pas à des programmes sociétaux clairs ainsi que l’atteinte au principe du vote en utilisant des techniques pour l’achat des voix. »

« Cet appel a pour but d’inciter les citoyens d’aller voter et de participer au champ politique du pays. De même, cet appel a été élaboré en vue de défendre la démocratie et pour éviter toute corruption durant ces élections », nous explique Abdelwahed Radi, député de l’USFP et un des signataires de cette pétition.

Pour les signataires, le bon déroulement des prochaines élections repose sur quatre piliers :

L’assainissement des processus électoraux à travers la condamnation de l’utilisation illégale de l’argent en vue d’influencer les choix des électeurs.
La mise en œuvre de programmes sociaux, économiques et culturels répondant aux besoins de développement du pays au détriment des discours populistes.
Les candidatures de responsables ayant une expertise dans les domaines du militantisme et de la politique et ayant une réelle légitimité.
L’amélioration du niveau du discours politique et la fin des campagnes « clownesques ».

Parmi les signataires de cette pétition figurent l’ancien secrétaire général de l’Istiqlal M’hamed Boucetta, l’ancien ministre de la Culture Mohamed El Achaâri, le résistant et vétéran de la politique marocaine Bensaïd Aït Idder, l’ancien ministre de la Communication et membre du PPS Khalid Naciri, le député de l’USFP Abdelwahed Radi ainsi que les intellectuels Moulim Laâroussi, Abdelilah Belkziz et Salah El Ouadie.

عطي رأيك